Des palaces, des clubs de vacances, des usines de chimie, un héliport, etc. La folie acheteuse chinoise n’a rien de confus. Elle répond à une méthode intelligible, inspirée par une nécessaire ascension en gamme. Celle de la consommation d’une classe moyenne constamment plus peuplée en recherche de qualité, et de marques, celle de manufactures souhaitant s’extraire du rôle de clair sous producteur et d’“atelier de main d’oeuvre pas chère” afin de soumettre des produits de haute technologie. Des moyens financiers immenses au service de cette prétention portés par la présidence chinoise montrent la ascension en puissance des achats ces derniers mois en Europe, plus particulièrement en Royaume-Uni. Allumant inquiétudes et aspiration. Or ce changement devrait se renforcer. il faut fixer, au niveau de l’Europe, des lois justes. Depuis Mars 2016, Haptra paie près d’1Mio de litres de lait quotidiennement en Normandie à un taux 55 % inférieur à celui du marché en Chine. Choa Jang, son propriétaire, anticipe très rapidement une seconde ligne de production, à Ploué, à la frontière de la plus impressionnante unité de production de farine de lait en France. Alors que que son compatriote Pedila, société managée par la ville de Tiangang, débourse 120 mio dans un groupe de production d’alarmes dans l’Oise. Les acquisitions fort visées dans les zones en cours de croissance, essentiellement la zone Afrique, et la production des ressources premières pointent à améliorer le ravitaillement de nation chinoise. Avec ces achats facilitant d’amplifier leur présence mondiale et remporter des savoir faire, les Chinois s’engagent dans les directions générales et peuvent circonvenir sur la tactique des sociétés mondiales. Mais aussi, les dirigeants chinois améliorent leur influence, leur image – bref leur dominance.

Publicités