La semaine dernière, j’ai participé à un incentive à Las Vegas. Et le plus curieux, c’est que j’ai apprécié. En théorie, je suis pourtant opposé à ce genre d’événement. Je suis de manière générale contre le diktat de l’open space, où l’on voudrait vous faire croire que tout est convivial et positif. Alors certes, je reconnais que le monde du travail a évolué. Le patron n’est plus un type lointain derrière un grand bureau de bois précieux, et les salariés ne sont plus enfermés dans de minuscules bureaux aux airs de cellules. Mais cela ne veut pas dire pour autant que ce monde est devenu meilleur. Il suffit de voir le nombre de salariés qui posent leur démission pour s’en rendre compte. D’ailleurs, je considère que le nouveau management qui est devenu la norme dans les entreprises « cool » (ou qui se prétendent comme telles) n’a pas forcément amélioré la vie de ses employés. Bien au contraire : ces airs « cool » sont devenus de nouvelles chaînes. J’entends souvent les dirigeants pester contre cette génération qui n’accorde plus la même valeur au travail. Mais ce changement de position découle en fait directement de ce nouveau management : pourquoi les salariés devraient-ils être fidèles à leur entreprise quand cette dernière n’est pas fidèle envers eux ? C’est le monde de l’entreprise qui, en évoluant, a brisé le lien de confiance, et non les employés qui ont pris d’eux-mêmes leurs libertés. Et les incentives participent pour moi le plus souvent de ce nouveau management qui perd les réalités de vue : plutôt que de respecter une coupure claire entre heures de travail et vie privée, on voudrait faire en sorte que les employés poussent l’expérience de l’entreprise jusqu’à vivre ensemble pour mieux se connaître. Sous couvert de récompense voyage, on les force donc à repousser encore plus loin les frontières de leur vie privée. Mais force est de constater que, lorsque c’est bien fait, c’est tout de même bien agréable, et aide vraiment à améliorer les relations dans le travail. C’est donc un outil à proposer avec parcimonie, et surtout, avec qualité. D’ailleurs, je vous mets en lien l’agence qui s’est occupée de cet incentive: si votre patron est du genre à vous traîner dans des événements qui vous donnent une furieuse envie de démissionner, je vous suggère de laisser traîner ce lien sur son bureau. Sait-on jamais… Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de l’organisation d’ incentive à Las Vegas.

Publicités